Gadamer, Isabel Weiss, Paris, Vrin, 2009.

 Gadamer, Isabel Weiss, Paris, Vrin, 2009.

Hans-Georg Gadamer a profondément inscrit la question de l’interprétation au centre de la pensée philosophique en montrant que la connaissance qui résulte de la compréhension des textes, des œuvres d’art ou des événements historiques était inséparable du mode d’être de l’objet interprété. Le sens aussi bien que la chose même « débordent », et le débordement signifie à la fois, et suivant une intrication mystérieuse, se tenir debout de façon autonome et rester ouvert au dialogue, à la reprise indéfinie, au jeu. La compréhension philosophique suit le chemin du statut ontologique de l’œuvre : celui de la représentation et de la surexposition. Tout ce qui existe véritablement forme une ressource inépuisable de sens qui ne se laisse encercler par aucun arbitraire et par aucune empathie subjective. Le jeu n’est pas fait d’avance, n’est pas aléatoire non plus, et le joueur ne domine pas le jeu. Dans le jeu interprétatif, il s’agit de participer au faire du jeu, d’accepter d’être conduit par un autre, afin que dans la vérité de la chose se réfléchisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s