La première contre-révolution, Jacques de Saint-Victor, Paris, PUF, 2010

La première contre-révolution, Jacques de Saint-Victor, Paris, PUF, 2010

La contre-révolution paraît associée en France à la défense de l’absolutisme.

Pourtant, à ses débuts, la plupart des premiers contre-révolutionnaires se sont opposés à la Révolution en se réclamant des doctrines d’opposition à la monarchie absolue d’Ancien Régime. Ces esprits ont même obtenu la convocation des Etats généraux. Mais ils ont très vite été dépassés par les événements et se sont retrouvés désignés comme des  » aristocrates « . Ils n’ont pas pour autant renoncé à leur ambition d’établir en France une monarchie limitée.

Et, s’ils restent attachés à  » l’espace gothique  » de la société d’ordres, certains se révèlent, comme Cazalès, très visionnaires sur les mécanismes du futur gouvernement parlementaire. La pensée et l’action de ces contre-révolutionnaires, généralement méconnus, mettent en lumière la complexité des premiers courants conservateurs en France. Elles témoignent d’une sensibilité  » libérale  » conservatrice qui ferait, comme en Angleterre, la transition entre Montesquieu et Burke.

C’est à l’examen de ces défenseurs d’une monarchie limitée qui, par certains côtés, annonce certaines monarchies du XIXe siècle, notamment allemandes, que cette étude est consacrée. A travers un examen particulier des archives du Vatican, elle évoque aussi le rôle majeur que certains ont eu dans le schisme religieux de 1791.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s