Paul AUDI

unnamed

PRESENTATION
Paul Audi, né en 1963, est ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur en philosophie. Après avoir soutenu une thèse sur Jean-Jacques Rousseau et commencé à enseigné à l’Université de Paris-XII, il a renoncé à exercer une charge d’enseignement à plein temps dans un cadre universitaire, pour se consacrer à diverses tâches. Il enseigne désormais à titre de professeur invité dans diverses institutions. Il a notamment codirigé une collection aux Presses Universitaires de France (« Perspectives Critiques ») entre 1997 et 2003, tout en poursuivant parallèlement ses recherches philosophiques. À ce jour, il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages dont la plupart sont consacrés à la relation qui s’est établie dans la pensée occidentale entre l’éthique et l’esthétique, surtout au cours des Temps Modernes. Depuis 2013, il est membre statutaire de PHILéPOL et siège au comité de rédaction de Cités.

PUBLICATIONS

* Ouvrages publiés
L’Autorité de la pensée, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives critiques », 1997.
Rousseau, éthique et passion, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives critiques », 1997.
L’Éthique mise à nu par ses paradoxes, même, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives critiques », 2000.
Crucifixion, Encre marine, 2001.
L’Europe et son fantôme, Léo Scheer, coll. « Manifeste », 2003.
L’Ivresse de l’art. Nietzsche et L’esthétique, LGF/Livre de Poche, coll. « Biblio Essais », 2003.
Où je suis. Topique du corps et de l’esprit, Encre Marine, 2004.
Michel Henry. Une trajectoire philosophique, Les Belles Lettres, coll. « Figures du savoir », 2006.
Supériorité de l’éthique, Flammarion, coll. « Champs », 2007.
Je me suis toujours été un autre. Le paradis de Romain Gary, Christian Bourgois, 2007.
Rousseau, une philosophie de l’âme, Verdier, coll. « Verdier/poche », 2008.
Jubilations, Christian Bourgois, coll. « Titres », 2009.
Créer. Introduction à l’esth/éthique, Première édition, Encre Marine, 2005. Nouvelle édition entièrement refondue, Verdier, coll. « Verdier/poche », 2010.
Le Regard libéré d’Eugène Leroy, Galerie de France, 2010.
L’Empire de la compassion, Les Belles Lettres, coll. « Encre marine », 2011.
Le Théorème du Surmâle. Lacan selon Jarry, Paris, Verdier, 2011.
Discours sur la légitimation actuelle de l’artiste, Les Belles Lettres, coll. « Encre marine », 2012.
La Fin de l’impossible, Christian Bourgois, coll. « Titres », 2012.
L’Affaire Nietzsche, Verdier, coll. « Verdier/poche », 2013.Qui témoignera pour nous ? Albert Camus face à lui-même, Verdier, 2013.
Le Démon de l’appartenance, Les Belles Lettres, coll. « Encre marine », 2014.
Terreur de la peinture, peinture de la Terreur. Sur Les Onze, de Pierre Michon, William Blake & Co, 2015.Lacan ironiste, Mimesis, coll. « Philosophie et Société », 2015.
Le pas gagné de l’amour, Galilée, coll. « Débats », 2016.

* Etudes, articles, contributions à des ouvrages collectifs (en 2016)
— « Suis-je nietzschéen ? », Pourquoi nous sommes nietzschéens, sous la direction de Dorian Astor et Alain Jugnon, Les Impressions Nouvelles, 2016.
— « Entretien avec Noémie Rousseau (sur Le Pas gagné de l’amour) », Libération, 22 octobre 2016.
— « Aimer, mentir, trahir », Les ateliers des Rencontres philosophiques de Monaco, vol. 1, 2106.
— « Le chemin de l’impossible : note sur l’esth/éthique du Méridien », », Europe, n° 1049-1050 sur Paul Celan, septembre-octobre 2016.
— « Art et création dans la perspective d’une esth/éthique », Panorama de la pensée d’aujourd’hui. Entretiens, sous la direction de Aliocha Wald Lasowski, Pocket, collection « Agora », 2016.
— « Du logos de l’existence au poème du désir (Gérard Granel entre Heidegger et Lacan) », texte mis en ligne sur le site http://www.gerardgranel.com
— « La règle de l’intuition », Catalogue de l’exposition La règle et l’intuition organisée par Gérard Traquandi à l’Abbaye de Montmajour (du 3 avril au 18 septembre 2016), Centre des Monuments Nationaux, 2016.

COMMUNICATIONS (en 2016)
— « De la fidélité », Théâtre de l’Odéon, 15 décembre 2016.
— « Discussion autour du livre de Gérard Bensussan Les Ages du monde. Une traduction de l’absolu (Vrin, 2015) » organisée par Alain David, Collège International de philosophie, 3 décembre 2016.
— « L’équivoque singulière de l’image. Une approche phénoménologique », Le Fresnoy, Tourcoing, 17 octobre 2016.
— « Une approche esth/éthique de la folie et de la création : autour d’Antonin Artaud et de Van Gogh », séminaire, La Maison du Banquet et des générations, Lagrasse, 15-16 octobre 2016.
— « Il y a de l’irréductible, ou ce qu’une lecture de Cap au pire de Beckett pourrait apporter à la phénoménologie », Colloque International « Entre la filosofía y la literatura : ¿la fenomenología? », organisé par Cesare Del Mastro, Jean Leclercq, Rosemary Rizo-Patrón et Jorge Weisse, à la Pontificia Universidad Católica del Perú et à l’Universidad del Pacífico, Lima, Pérou, 13-14 septembre 2016.
— « Sortons-nous jamais de l’adolescence ? », Maison française de NYU, New York, le 21 avril 2016.
— « Qu’appelle-t-on “créer” ? Six œuvres en quête de réponse », Graduate course, New York University, mars-mai 2016.
— « Michel Henry et la réalité du sentiment. Sur une aporie de L’Essence de la manifestation », Colloque « Michel Henry : Une phénoménologie de la vie », organisé par PHILéPOL (Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité) et le Fonds Michel Henry et le Centre d’Etudes et de Recherches en Philosophies Contemporaines (Unviersité Catholique de Louvain), à la Sorbonne (Amphithéâtre Durkheim), le 13 février 2016.
— « Réflexions sur le moment adolescent », Colloque « Figures de l’engagement à l’adolescence », organisé par Daniel Coum et l’Association Perentel, à la Maison des Familles, UDAF, à Brest, le 5 février 2016.
– France Culture : Répliques : « Conversation philosophique sur l’amour », 26 novembre 2016.
– France Culture : Les Nouveaux chemins de la connaissance : « Après les confessions, l’écriture à l’épreuve de soi », 21/01/2016.

Une réflexion sur “Paul AUDI

  1. mariollet dit :

    Cher Monsieur,

    Je viens de finir votre livre « où je suis ».
    Si je l’ai relu aujourd’hui c’était pour répondre aux questions que je me posent en face de la personne âgée dont je m’occupe actuellement.
    Enseignant en mathématiques auprès des jeunes sourds, je suis actuellement à la retraite et je m’occupe d’une personne très âgée et angoissée.
    Pour ne pas sombrer avec elle je me suis d’abord tourné vers Freud, puis Nietzsche, et j’ai alors repensé à votre livre. Il m’a ouvert les yeux surtout sur la différence entre le discours très négatif et l’attitude et les actions qui sont, elles, toujours positives, se maquiller, se soigner etc..
    J’ai aussi pensé à un texte que j’avais écrit dans les années 90 alors qu’une amie sombrait dans la dépression et que j’avais très peur qu’elle ne réussisse un suicide qu’elle avait déjà tenté.
    J’ai l’impression que ce texte est un peu une illustration de votre philosophie, Mais je me trompe peut-être complètement. Aussi je vous l’envoie pour connaitre votre avis.

    Merci et toutes mes salutations

    Gabriel Marjollet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s