Territoires, Environnement et Citoyenneté

Territoires, Environnement et Citoyenneté (2007-2015)

Le programme « Territoires, environnement et citoyenneté » a connu des mutations depuis sa mise en œuvre en septembre 2007. Le projet d’élaborer une préfiguration de PIR intitulée d’abord, dès septembre 2007, « Territoires, populations et citoyenneté » et, à partir d’octobre 2008, « Territoires, environnement et citoyenneté » est dû à l’initiative de Madame Marie-Françoise Courrel qui a demandé à l’auteur de ces lignes d’élaborer un programme qui serait en mesure d’opérer une synergie entre, ce qui était alors le département SHS du CNRS et d’autres départements du même établissement. Les premiers contacts avaient été pris avec le département ST2I qui, finalement, ne s’est pas engagé dans cette problématique, puis avec le département EDD, alors dirigé par Bernard Delay, qui en a compris tout l’intérêt. C’est donc avec le soutien, scientifique et financier, de Marie-Françoise Courrel et de Bernard Delay que l’élaboration des premières esquisses du programme ont pu être mises au point. A partir d’octobre 2008, la préfiguration de programme a eu le soutien de Monsieur Bruno Laurioux, qui a pris la direction du département SHS, avant d’être nommé directeur de l’INSHS et de Madame Françoise Gaill, qui a succédé à Bernard Delay et a été nommée directrice de l’INEE. Mais il va de soi que rien n’aurait eu lieu sans le travail bénévole de l’auteur de ces lignes qui est professeur à l’Université Paris Descartes – Sorbonne (chaire de philosophie politique) et des collaborateurs du projet, tout aussi bénévoles que lui. Ce n’est donc que par pur souci intellectuel et intérêt théorique pour les enjeux considérables impliqués par les nouveaux défis environnementaux et leurs conséquences sur le plan des sciences humaines et sociales, des sciences politiques et du droit que l’ensemble des collaborateurs du programme a travaillé pendant deux ans. Ils ont, non seulement élaboré un programme nouveau (un projet de PIR, dont on trouvera ci-dessous une version en français et une version en anglais), mais également mis au point un programme éditorial de grande envergure qui verra le jour aux éditions Armand Colin (création d’une collection intitulée « Emergences », de trois volumes collectifs sur Le Monde Emergent, et d’une série de monographies qui seront publiées dans le cadre de la nouvelle collection), en 2010, autrement dit, un peu plus de deux ans après le début des travaux. Le remplacement dans l’intitulé du programme du terme « population » par le terme « environnement », en octobre 2008, ne tenait pas du tout à une réorientation du programme, mais à une volonté de souligner l’importance de la problématique environnementale. Nos travaux sur les populations se sont ainsi poursuivis dans le cadre territorial, défini comme l’opérateur majeur de l’ensemble du programme. Il nous est apparu en effet que le concept autour duquel pouvait s’élaborer la prise en considération la plus profonde des implications de la problématique environnementale sur les sciences humaines et sociales était celui de « territoire ». Toute réflexion sur l’environnement implique en effet une mise au premier plan de la territorialité et c’est par l’intermédiaire de celle-ci que l’on peut repenser les questions relevant des modes d’être, de penser et d’agir, c’est-à-dire tout le champ des sciences humaines et sociales (psychologie, anthropologie, sociologie, démographie) mais aussi des sciences politiques, du droit et de la philosophie politique. Pour que ce programme de recherche puisse avoir une consistance scientifique véritable, il a fallu créer le milieu scientifique, c’est-à-dire qu’il a fallu faire collaborer des spécialistes de l’énergie, de l’eau, des forêts, des territoires ruraux et urbains, avec des spécialistes des mœurs, des modes de vie, du lien social, de la démocratie, de la gouvernance, et avec des juristes du droit privé, du droit public et du droit international. Le lien entre ces spécialistes de différents horizons et qui, hors du programme, n’avaient guère de chance de se rencontrer, s’est faite par l’élaboration d’une problématisation philosophique susceptible d’assurer la coordination à un niveau plus élevé les apports des uns et des autres.
Une synergie remarquable et pourtant à première vue improbable s’est mise en place dans le groupe de recherche du programme « Territoires.. ». C’est ainsi que très tôt des chercheurs importants du CEMAGREF sont venus s’associer aux travaux, lesquels occupent désormais une place déterminante dans la réalisation du programme. Mais la synergie qui vient d’être évoquée est attestée, peut-être encore plus fortement, par la mise au point d’une méthode de rédaction commune des textes. La plupart des textes qu’on lira ci-dessous ont fait en effet l’objet d’une rédaction commune à la fin de chaque séminaire ou de chaque séance de travail, en vue d’en dégager les résultats majeurs. Le début de l’année 2010 a été consacré à la recherche d’une formule juridique pour donner un support institutionnel à la collaboration de l’Université Paris Descartes, l’NSHS du CNRS et le CEMAGREF au sujet du programme « Territoires, environnement et citoyenneté ». Après de longues délibérations, il a semblé que la formule GIS (Groupement d’intérêt Scientifiques) était la plus adaptées. C’est ce projet que l’on trouvera à la fin de ce volume, juste avant le programme du prochain séminaire sur « La tragédie des biens communs».

Le premier volume (Lieux) consistera ainsi en un état de lieux des problématiques majeures liées à l’environnement. Ces problématiques seront développées selon les quatorze axes suivants :

Axe 1  : Territoire et « motilité » : les nouveaux espaces urbains

Axe 2  : Circulation des populations et mouvements migratoires

Axe 3  : Territoires et démographie : âges de la vie et santé

Axe 4 : Écosystèmes complexes, catastrophe et résilience

Axe 5  : Urgence écologique : information et décision politiques

Axe 6 : Choix énergétiques à l’échelle des territoires : problèmes éthiques, politiques et esthétiques

Axe 7 : Production et consommation durables : cycle de vie des produits (déchets, recyclage, etc.)

Axe 8 : Pratiques du développement durable et citoyenneté : information, consultation et mobilisation

Axe 9  : Environnement et émergence de nouvelles formes d’expertise, de délibération et de décision localisées

Axe 10 : Anthropologie des environnements naturels et construits

Axe 11 : Rénovation écologique : responsabilité pour l’avenir et développement

Axe 12 : Écologie culturelle et critique de la domination : singularités culturelles et traduction

Axe 13 : Politiques d’aménagement du territoire et durabilité

Axe 14 : Le droit comme source de territoire ; le territoire comme source de droit

Le deuxième volume (Défis) présentera les cinq défis majeurs et fondamentaux que les sciences humaines et sociales ont à relever :

DÉFI 1 : La terre et l’humain : savoirs, régulations, contrôles

DÉFI 2 : Territoires, pressions concernant les ressources et instabilité politique

DÉFI 3 : Gestion des populations : générations, santé, migrations

DÉFI 4 : Reconnaissance de l’urgence : information, expertise, délibération et citoyenneté

DÉFI 5 : Nouveaux modèles d’avenir face aux limites