Second semestre 2011-2012

Séminaire transversal de doctorat et de recherche

(Université Paris Descartes – Sorbonne ED 180

Université de la Sorbonne Nouvelle ED 514)

Année universitaire 2011-2012

 

Second semestre

 

Le Politique : Philosophie, Histoire, Sociologie

 

Sous la direction du

Pr. Yves Charles Zarka (Université Paris Descartes-Fac SHS Sorbonne)

Pr. Franck Lessay (Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

 

Le séminaire, organisé en collaboration par

Le Centre de Philosophie, d’épistémologie et de politique

(PHILéPOL, Univ. Paris Descartes) et le

Centre Thomas Hobbes

 Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

—————————————————————

Samedi 28 janvier 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-14h

« Castoriadis et l’institution du politique »

  • Arnaud Tomès (Bordeaux), « Le concept de politique chez Cornelius Castoriadis »
  •  Nicolas Poirier (Paris), « Repenser l’institution démocratique et l’espace public avec Castoriadis »
  • Philippe Caumières (Bordeaux), « L’autonomie, une signification imaginaire en déclin »

 

 

Samedi 11 février 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-14h

« Philosophie et sociologie »

 

  • Didier Deleule (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) « L’Ecole historique écossaise entre individualisme libéral et sociologie »
  • Danilo Martuccelli (Université Paris Descartes) « L’individu : approches philosophique et sociologique »
  • Isabel Weiss (Paris), « La raison sociale selon Gadamer »

 

—————————————————————

 

Samedi 10 mars 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-17h

« Repenser le cosmopolitisme aujourd’hui »

11h-13h

  • Jean-Marc Ferry (Université Libre de Bruxelles), « L’idée cosmopolitique : quelle actualité ? »
  • Yves Charles Zarka (Université Paris Descartes, « Le cosmopolitisme ou la responsabilité pour l’humanité »

14h30-16h30

  • Guy Haarscher (Université Libre de Bruxelles), « L’humanitaire tend-il vers un cosmopolitisme ? »
  • Pierre Guenancia (Université de Bourgogne), « Cosmopolitisme et internationalisme »

—————————————————————

 

Samedi 31 mars 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-17h30

« Saint-Paul et le théologico-politique »

11h-14h

  • Eric Marty (Université Paris Diderot), « Paul : Universel mimétique / Universel Symbolique »
  • Antoine Guggenheim (Collège des Bernardins), « Contribution de deux textes de saint-Paul ( Galates 3, 28 et Ephésiens 2, 14) à la théologie politique de Gaston Fessard »
  • Raphaël Zagury Orly (Université de Tel Aviv), « Saint Paul : de l’obéissance à la foi »

15h30-17h30

  • Joseph Cohen (University College Dublin), « La théologie politique de la conversion »

Bernard Bourdin (Université de Metz), « La théologie politique de Carl Schmitt : un contre-messianisme porter d’une vision chrétienne de l’histoire »

—————————————————————

 

Samedi 14 avril 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-17h30

« Hobbes et le statut de la liberté »

11h-13h

  • Yves Charles Zarka (Université Paris Descartes), « Puissance et liberté : de la métaphysique à la politique »
  • Pierre Guenancia, (Université de Bourgogne) « La question du libre arbitre : Hobbes ou Descartes ».

14h30 – 18h30

  • Christian Lazzeri (sous réserve) (Université de Paris Ouest Nanterre la défense), « Liberté et nécessité : Spinoza avec Hobbes ?»
  • Jean-Maurice Monnoyer  (Université d’Aix-Marseille) « Sur la contingence : sur la critique leibnizienne de Hobbes » (sujet provisoire).
  • Didier Mineur (Sciences po.), « Hobbes et l’idée de liberté négative »
  • Franck Lessay (Université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle), « Hobbes et la conception républicaine de la liberté : un autre point de vue »

 

 

—————————————————————

 

Samedi 5 mai 2012

Sorbonne, salle F 673 ( Galerie Gerson, escalier G2, 1er étage)

11h-17h30

« Le concept de reconnaissance »

11h-13h

  • Joseph Cohen (University College Dublin), « Pardon, réconciliation, reconnaissance »
  • Franck Fischbach (Université de Nice), « En quoi la reconnaissance est-elle un modèle pour penser le social ? »

14h30-16h30

  • Bernard Bourgeois (de l’Institut) « La reconnaissance selon Hegel »
  • Béatrice Longuenesse (New York University), sous réserve.

 

 

—————————————————————

Lundi 21 et mardi 22 mai 2012

Université Paris Descartes, 12, rue de l’Ecole de médecine, 75006 Paris, Salle des Conseils

Colloque international internationale

Paris-New York

Organisé par PHILéPOL (composante du GEPECS –EA 36 25) de l’Université Paris Descartes- Fac SHS Sorbonne (Pr. Yves Charles Zarka)

L’ équipe Rousseau  (composante du CELLF – UMR 85 99) de l’Université Paris Sorbonne (Dr. Tanguy L’Aminot)

et New York University, département de littérature (Pr. Anne Deneys-Tunney)

 

Rousseau : nature et culture

Aux fondements des sciences humaines et sociales

avec la particpation de

Paul Audi (PHILéPOL, Université Paris Descartes), Reinhard Bach (Ernst Moritz Arndt Universität Greifswald), Pierre Crétois (université de Poitiers), Anne Deneys-Tunney (New York University), Pierre Guenancia (Université de Bourgogne), Jean_Luc Guichet (Université d’Amiens), Catherine Labro (Equipe Rousseau, CELLF-UMR 85 99), Tanguy L’Aminot (Equipe Rousseau, CNRS CELLF, Université de Paris Sorbonne), Stéphanie Lojkine (Université d’Aix-Marseille), Christophe Martin (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense), Andrea Potesto (Université de Bergame), Stéphanie Roza (Université de Paris I-Panthéon Sorbonne), Maria Elena Severini (Intitut d’études sur la Renaissance, Forence), Yves Vargas (Equipe Rousseau, CELLF-UMR 85 99)), Xiaoling Wang (Université Paris Diderot), Yves Charles Zarka (PHILéPOL, Université Paris Descartes, Faculté SHS-Sorbonne)

Le rapport entre nature et culture constitue aujourd’hui l’un des enjeux majeurs des sciences humaines et sociales. Si une pensée de la simple dualité ne semble plus pouvoir être accréditée eu égard aux problématiques liées aux effets de l’action humaine sur la nature, à la vulnérabilité de la terre, au statut des autres espèces vivantes, en particulier les animaux, comment redéfinir ce rapport ?

L’originalité de ce colloque consiste à revenir à l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau pour y chercher, sinon des réponses, du moins une élucidation particulièrement éclairante et sans doute aussi des pistes susceptibles d’orienter les recherches actuelles. Le colloque aura donc une double ambition : un examen historique des textes et des thèses de Rousseau et une mise en évidence des éclaircissements que ces textes et ces thèses peuvent apporter aux problématiques contemporaines des sciences humaines et sociales.

Rousseau a en effet placé le rapport entre nature et culture au centre de sa pensée philosophique (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Essai sur l’origine des langues, Contrat social, etc) et de ses œuvres littéraires (Emile, Rêveries d’un promeneur solitaire, etc.). Contrairement à l’optimisme des Lumières, où pourtant il s’inscrit, Rousseau a montré que le développement de la culture et, avec elle, le progrès technique, l’appropriation de la terre, la disparition des formes de vie simples, comme celle des Hottentots vivant de chasse et de pêche, les inégalités sociales qui en résultent, ne pouvaient être considérées sous l’angle unilatéral d’une réalisation de la liberté et du droit dans l’histoire. Il a en effet vu l’aspect destructeur que pouvaient avoir le désir et l’action des hommes lorsqu’ils deviennent unilatéraux, n’ayant d’autre souci que la satisfaction de l’amour-propre : une défiguration voire une destruction de la nature en nous et hors de nous. Cet enseignement est extrêmement important car n’est-ce pas là un diagnostic qui converge avec celui que nous faisons aujourd’hui ?

Est-ce à dire pour autant que le paradigme de la nature soit perdu ? Est-ce à dire que l’homme lui-même soit perdu en raison de l’impossibilité de revenir en arrière, au temps de la pure nature perdue ? La réponse à ces questions doit être négative, car il y a aussi chez Rousseau une considération positive de la culture. Sur le plan politique, le contrat social ne doit-il pas nous faire passer d’une liberté sauvage proche de l’instinct à une liberté morale et civile qui élève l’homme à la responsabilité ? Emile ne fournit-il pas les recommandations pour une éducation selon la nature ? On voit donc que, tant sur le plan philosophique que sur le plan littéraire, les réponses de Rousseau sont loin d’être univoques. Notre conviction et que nous avons encore beaucoup à apprendre de Rousseau. L’importance considérable que lui accordaient Claude Lévi-Strauss, d’une part, et Derrida, d’autre part, malgré leurs divergences considérables est fondée sur des raisons profondes et atteste l’actualité de Rousseau dans la pensée contemporaine.

Pendant le colloque, les conférenciers devront s’attacher à mettre en évidence les différents enjeux aussi bien littéraires que philosophiques du rapport nature / culture en vue de fournir de nouveaux éléments de réflexion aux sciences humaines et sociales.

—————————————————————

14 et 15 Juin 2012

« Le monde émergent : les migrations environnementales »

coordonné par François Gemenne et Sara Vigil

L’une des conséquences les plus importantes du changement climatique porte sur les migrations humaines. Si celles-ci ne sont aucunement un phénomène nouveau, il y a toujours eu des déplacements de populations liés à l’environnement, il n’en reste pas moins que ce qui se passe aujourd’hui est déjà, et risque de devenir plus encore dans l’avenir proche, une question sociale et politique centrale aux niveaux à la fois régional et global. Aucun pays ne pourra prétendre être protégé. Ce que nous pourrions appeler « les nouvelles migrations environnementales », aujourd’hui directement reliées au changement climatique anthropique, posent en effet des questions de survie d’abord, mais aussi d’équité, de responsabilité et de justice. Sous ces aspects, les liens nouveaux entre dégradation de l’environnement et mobilité humaine restent encore peu explorés.

Voir aussi: Programme-Le Politique-2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s