Séminaire – 2015/2016

Année Universitaire 2015-2016

Séminaire du pr. Zarka

religions et politique

Samedi de 10h à 13h en Sorbonne, escalier G2, Salle F673
Accès par le 1, rue Victor Cousin ou par le 12 -14, rue Cujas

Semestre 1 | Religions et politique (1) : un XXIème siècle religieux ?
La place de la religion dans les sociétés contemporaines est éminemment complexe. Selon les cas, on peut parler d’un affaiblissement des croyances, des rites et des institutions religieuses qui ne fournissent plus le cadre dans lequel s’inscrivent les manières de vivre, d’agir et de penser (Europe occidentale) ; d’un retour du religieux, comme d’un refoulé qui revient à la surface pour servir de pivot à la redéfinition de certaines identités communautaires ou nationales (Europe centrale et orientale) ; d’une emprise du religieux sur le politique de sorte que l’identité nationale, l’attachement à une terre, le retour sur cette terre et certaines caractéristiques de l’Etat en dépendent (Proche Orient) ; enfin d’un réveil cauchemardesque de la guerre sainte dans l’intégrisme qui cherche à ébranler l’ordre du monde, comme on le voit actuellement. Il s’agira donc de tenter de comprendre et d’évaluer philosophiquement la place de la religion dans le monde contemporain et en particulier dans les démocraties.

Dates des séances : 26 septembre, 10-17-24 octobre, 12, 19 décembre 2015

 


Semestre 2 | Religions et politique (2) : le problème de la sécularisation
La force des religions dans le monde contemporain, exige que l’on repose la question de la sécularisation. Deux perspectives sont opposées sur cette question au XXème siècle : celle de Max Weber (L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme) pour lequel le monde moderne s’est constitué à travers la sécularisation des concepts théologiques et celle de Hans Blumenberg pour lequel, à l’inverse, le monde moderne s’établit à travers l’auto-épuisement de Dieu (La Légitimité des temps modernes). Pour ce dernier : « L’âge moderne n’a pas commencé comme une époque du Dieu mort mais comme une époque du Dieu caché, du deus absconditus – et, d’un point de vue pragmatique, un Dieu caché vaut un Dieu mort ». Nous étudierons les deux textes en vue de déterminer en quel sens notre temps serait séculier (Charles Taylor, L’âge séculier).

Dates des séances à venir : 30/01  ; 06/02 ; 20/02 ; 27/02 ; 19/03 ; 26/03

Séminaire du pr. SPURK

Crises et critique

Dans la continuité du séminaire de l’année dernière, nous nous pencherons sur les dynamiques qui favorisent ou, au contraire, entravent les processus d’émancipation individuelle et collective, en analysant l’impact des représentations qui les sous-tendent. Dans une démarche à la fois critique et herméneutique, il s’agira tout d’abord d’interroger les représentations dominantes de ce qui est nommé la « crise » (dans ses dimensions sociale, politique, économique et écologique), en insistant sur le fait que ces représentations tendent encore souvent à freiner l’imaginaire créatif ainsi que l’émergence de nouveaux modes d’agir. D’autre part, à l’heure où les espaces publics sont singulièrement redéfinis par des médiations numériques, nous nous donnerons pour tâche de déceler l’émergence de discours émancipateurs aptes à bousculer certaines inerties sociales, en proposant une analyse des discours accompagnant le développement technologique qui met singulièrement en question les distinctions entre public et privé, pouvoir et société civile : quelles nouvelles pratiques sociales et politiques sont dès lors susceptibles d’émerger ? En quoi constituent-elles d’éventuelles ruptures ou mutations du point de vue des imaginaires collectifs ? Quelles grammaires de nos espaces communs se dessinent aujourd’hui ?

Les séances se tiendront en Sorbonne dans l’amphithéâtre Durkheim ou en salle F 673 (escalier G2 1er étage, entrée place de la Sorbonne, rue Victor Cousin) de 17h à 19h

12/11/2015 Jan Spurk. Crise et critique : perspectives sociologiques, Amphithéâtre Durkheim

17/12/2015 Bruno Frère, Université de Liège, Les ressources matérialistes de la critique. Réflexions sur le contenu politique des mots de la sociologie. Amphithéâtre Durkheim

28/01/2016 Patrick Cingolani, Université Paris Diderot, Une émancipation dans ou hors la crise – la catégorie de crise est-elle pertinente pour interroger l’émancipation ?

18/02/2016 Arnaud Gaillard, IKARIA

17/03/2016 Markus Schulz, Vice-President for Research, International Sociological Association (ISA), University of Illinois at Urbana-Champaign, La crise et la politique de l’avenir

14/04/2016 Patrick Vassort, Université de Rouen

19/05/2016 Pierre-Antoine Chardel, Pour une herméneutique critique à l’ère hyper-moderne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s